Voyager en train avec son chien , comment faire pour le tenir tranquille ?

Les voyages en train sont une source de stress pour de nombreux chiens. Les odeurs et les bruits inhabituels ainsi que la promiscuité avec de nombreuses personnes inconnues les déstabilisent. Les chiens de campagne ont tendance à avoir encore plus de mal que les chiens de ville.

Les petits chiens peuvent généralement être transportés sans stress dans un box familier, tandis que les grands chiens doivent se faufiler entre les sièges et les jambes des humains pour ne pas être gênés.

Les petits chiens

Les petits chiens jusqu’à la taille d’un chat domestique peuvent voyager gratuitement comme bagage à main dans un contenant fermé (boîte de transport ou sac de transport fermé). Tous les autres chiens paient en général la moitié du prix du billet, ou le prix pour un enfant voyageant seul. Pour savoir dans quelle mesure des réductions sont applicables, il convient de se renseigner auprès de la Deutsche Bahn.

Il est obligatoire que les chiens qui ne voyagent pas dans une caisse de transport, ou les grands chiens, portent une laisse et une muselière. Il est très important pour le chien qu’il ne s’agisse pas d’une muselière, car celle-ci entrave fortement le halètement. En règle générale, les autres passagers ne doivent pas se sentir gênés ou mis en danger par le chien.

Les réservations de places assises ne sont pas possibles pour les chiens.

Une courte pause avec de l’air frais et de l’eau

Aux heures de pointe, les trains sont souvent bondés, ce qui rend l’espace étroit et stressant pour le chien. D’autant plus qu’il n’est pas possible de lui réserver une place assise devant laquelle il aurait un peu d’espace. Dans le meilleur des cas, le voyage devrait être planifié de manière à ce que les trains soient aussi vides que possible.

Dans certains trains, il est possible de réserver un compartiment familial. Ceci est bien sûr optimal pour les chiens.

Il est préférable de les nourrir sur leur lieu de vacances, et non avant le voyage. De l’eau et une gamelle d’eau pour le chien ne doivent toutefois pas manquer dans le bagage à main.

Des temps de correspondance planifiés au plus juste ne permettent généralement pas de détacher le chien, d’autant plus que les gares de correspondance sont généralement grandes et situées en plein centre-ville. Il faut donc prévoir des pauses suffisamment longues pour la promenade du chien.

Si le chien ne connaît pas le train, il faut l’y habituer progressivement et positivement avant le départ. Par exemple, en se promenant ensemble à la gare et en faisant de courts trajets dans un compartiment de train aussi vide que possible.

Dans de nombreux pays, le port de la muselière est obligatoire pour le chien s’il n’est pas protégé par une caisse de transport. Le chien doit être habitué au préalable au port de la muselière de manière positive et par petites étapes. Pour la plupart des chiens, la muselière est sinon synonyme de stress supplémentaire.